Année 2008-2009

21 octobre 2008 Richesse de la gastronomie piémontaise, par Mme Isabelle Hassler
S'il est difficile d'établir une hiérarchie parmi les grandes régions gastronomiques italiennes, il est très clair que le Piémont tient une place de choix. Ses richesses gastronomiques sont nombreuses, toutes liées à une histoire particulièrement riche et une géographie variée. Nombre de produits d'exception, de la truffe blanche au barolo, du gianduja au castelmagno sont issus de cette région, et ce n'est d'ailleurs pas par hasard si le berceau du mouvement appelé "Slow Food" (Le même site en Français), prônant la qualité et le respect de l'authenticité des produits est à BRA... dans le Piémont...
 
18 novembre 2008 Une cité vulnérable, la Rome antique, par Alain Malissard
 
Inondations et tentatives de prévention du risque environnemental (Ier siècle avant J.C.- IIe siècle après J.C.)

Maîtresse incontestée du monde et longtemps invincible, Rome, peuplée d’un million d’habitants sous l’empire, fut dès les origines une ville que sa situation géographique rendait extrêmement vulnérable. Plus nombreuses que les incendies, et souvent tout autant dévastatrices, les grandes inondations se répétèrent en effet régulièrement tout au long de son histoire et la cité se développa tout à la fois grâce au Tibre et contre lui. L’Empire s’occupa très tôt de prévenir le risque et mit en place une administration spécialisée dans l’entretien des rives et du lit du fleuve (cura alvei Tiberis et riparum), tâche délicate puisqu’il fallait en même temps maintenir l’activité du port qui ne diminua qu’après les grands travaux que Claude fit entreprendre à Ostie. Pour des raisons plus sociales ou politiques que techniques, les grandes entreprises, qui auraient pu fournir une solution durable (construction de digues ou de canaux, détournement du fleuve ou de ses affluents), ne purent cependant jamais aboutir. Les Romains, qui couvrirent leur empire d’un dense réseau d’aqueducs, furent les maîtres incontestés de l’eau, mais l’histoire de leur capitale aussi celle d’une lutte technique, administrative, sociale et politique contre les eaux de la terre et du fleuve qui ne prit fin qu’en 1870.

 
2 décembre 2008 Les aventures de Matoso ? film-fiction par Henri Massieu.
Le thème de l’exposé d’Henri Massieu nous est resté caché jusqu’à la réunion elle-même. Son titre, «Les aventures de Matoso», suivi d’un point d’interrogation peu apte à dissiper le mystère, n’apportait pas la moindre piste. Le début même de l’exposé, sur des images du thème familier d’Henri Massieu, la Sardaigne, n’offrait guère d’indices quant à ce qui allait suivre. La présence fréquente d’un curieux petit signe agité, Matoso le spermatozoïde, suivi d’une image classique de code génétique, se révéla par la suite le fil conducteur d’une vaste présentation du développement de l’humanité. 
   
16 décembre 2008 Federico de Montefeltro, duc d'Urbino, par Claude VIVIANI
Surnommé le  « vertueux condottiere », il est aussi « la lumière de l'Italie », pour Balthazar Castiglione. Ce fut donc un homme de guerre, mais aussi l’image du « bon gouvernement ». Humaniste, prince et mécène, élève de l'illustre pédagogue Vittorino da Feltre, il accueille à Urbino : Luciano Laurana, Leon Battista Alberti, Juste de Gand, Piero della Francesca…
6 janvier 2008 Après un film sur les pâtes, festeggeremo la BEFANA.
20 janvier 2009 Premiers grands succès à Milan des opéras du jeune Mozart, par Nicole RICHARD.
À l'âge de 16 ans, Mozart éclipse le compositeur Hasse, l'un des plus renommés d'Europe, provoquant ainsi le dépit de l'impératrice Marie-Thérèse d'Autriche.
3 février 2009 Le Scuole Grandi di Venezia, par Graziella BAIO LECLAIR
L'histoire de la peinture vénitienne est inséparable des grandes écoles (ou scuole grandi) : ateliers où s'élaboraient les chefs-d'œuvres des grands artistes, telle la Scuola San Rocco dont il sera surtout question ce soir.
 
17 février 2009 Les grands transatlantiques italiens, par Jean Paul MAUGIS
La compagnie Italia est créée en 1932. À la veille de la seconde guerre mondiale la flotte italienne comprenait 13 paquebots qui sillonnaient les mers du monde.

Après la guerre reste quatre navires. En 1953 mise en service des deux transatlantiques "Christoforo Colombo" et "Andrea Doria" ; en 1965 "MichelAngelo" et Raffaelo". En 1977 l'Italia ferme définitivement ses lignes transatlantiques et se consacre désormais aux croisières où elle occupe une place prépondérante.

   
10 mars 2009 Le poète anglais Percy Bysshe Shelley en Italie (1792-1822), par Mauricette AUSSOURD
En 1818 Shelley décide de quitter l'Angleterre. Il choisit comme terre d'exil l'Italie qui va marquer fortement ses dernières oeuvres écrites au cours de quatre années d'errance entre Milan, Venise, Rome, Naples, Florence et Pise. Errance qui se terminera tragiquement en mer dans une tempête entre Livourne et Lerici en juillet 1822.
 
24 mars 2009 Sur les pas de Marco Polo (2), par Daniel LABRETTE.
Marco Polo, vingt ans de tribulations sur terre et sur mer : de Pamir à Cambaluc (Pékin), de Cambaluc à Venise. Naissance d'un mythe ?
 
7 avril 2009 Le voyage en Émilie-Romagne de juin 2008, par une équipe de l'ACORFI
Retour sur le voyage accompli en juin 2008 par des acorfiens en Émilie-Romagne avec projection de photos.
   
5 mai 2009 Les Italiens en Libye, par Geneviève COSTES et André LINGOIS
Les ruines romaines de Libye ne font pas oublier les vestiges de la colonisation italienne
19 mai 2009 Au berceau du livre, par Philippe COLMET DAÂGE
Le 12 mars 1454, l’Évêque de Sienne, ambassadeur du Pape auprès de l’Empereur Maximilien découvre des textes bibliques… Ainsi nait le premier livre imprimé…
 
9 juin 2009 GUARESCHI ET DON CAMILLO, par Pierre STAELEN
Giovannino Guareschi était le créateur de Don Camillo et de Peppone, les personnages de cinq films qui reçurent un vif succès. Il fut aussi journaliste pamphlétaire, dessinateur brillant, conteur exceptionnel, et chantre de sa région du Po, la Bassa.
Indépendant et intraitable, il connut la prison des camps nazis, et plus tard, par suite d’un différend avec le Premier Ministre De Gasperi, celle de Parme.
Les contes qu’il publiait dans la presse étaient lus par des millions de lecteurs. Outre Don Camillo, ils mettaient en scène le «petit monde» de la Bassa, ou la famille traditionnelle italienne. Leur verve et leur humour continuent d’en faire la meilleure lecture de divertissement.