Année 2018-2019 : 27 novembre 2018

Le tumulte des Ciompi,

par Claude Viviani

En ce 27 novembre 2018, Claude Viviani nous présente :


Le tumulte des Ciompi

Claude

Cette révolte ouvrière se déroula dans la Florence de la fin du Moyen-Âge. Mais pour l’éclairer, le conférencier a dû remonter dans le temps. Il nous décrivit, la renaissance des villes avant l’an mille, puis le temps des communes dans l’Italie du Nord.

Les structures de la République de Florence, l’une des villes les plus prospères à la fin du XIVe siècle, furent ensuite présentées : classes sociales et corporations (arti). Le gouvernement était dominé par le popolo grasso, la grande bourgeoisie d’affaires, grâce aux arts majeurs, qui avaient l’appui du popolo minuto, les arts mineurs et moyens qui regroupaient la petite et moyenne bourgeoisie : artisans et petits commerçants. Il s’opposait aux pauvres, non représentés par des arts, et aux magnats, les aristocrates.

En 1378, Florence était engagée, depuis trois ans, dans la « la guerre des huit saints » contre la papauté. Ce fut l’évènement déclencheur de la Révolte des Ciompi.

salle

Le 18 juin 1378, à l’occasion d’un affrontement très orageux à la Seigneurie à propos de cette guerre, une émeute éclata. Durant quelques jours la situation fut très incertaine, le 22 juin, des palais furent incendiés, les prisonniers libérés, le trésor communal près d’être pillé.

La situation resta tendue en juillet. Les 22 et 23, le peuple prit le pouvoir : Michele di Lando, contremaître des cardeurs de laine fut nommé gonfalonier de justice.

En plus d’un mois, le gouvernement n’a pas répondu aux attentes des Minori, et les entreprises lainières pratiquèrent le lock-out. Les Ciompi se réunirent seuls et désignèrent huit représentants, des négociations s’engagèrent. Le 31 août, les arti minori, anciens alliés et Michele di Lando les abandonnèrent. Les Ciompi seront massacrés par les arts mineurs. Le gouvernement annula les décisions prises en faveur des Ciompi, et les arts mineurs gardèrent leurs nouveaux avantages.

1378-1382 : la réaction. Pendant ces quatre années, les prieurs seront choisis parmi les arts mineurs. Puis, en 1382, le popolo grasso reprit les choses en main. Michele di Lando fut exclu et les statuts de 1293, rétablis.

Les Albizzi et leurs alliés exerceront leur hégémonie politique sur la Signoria, jusqu’à l’arrivée des Medicis, en 1434.

Remarque, à propos du terme Ciompi : de très nombreuses hypothèses ont été émises. Robert Paris propose celle-ci (en 1996) : « ciompi » procéderait du français « champi ». La bâtardise connotant l’obscurité de ces petites gens et le mépris où on les tient. Ce mot est connu grâce à George Sand : François le champi (1848). Les révoltés n’ont jamais utilisé ce terme pour se nommer. Ils s’appelaient le peuple de Dieu et prirent comme emblème sur leur bannière l’ange Gabriel qu’ils appelaient l’ange de la libération.

 

 

 

Vous pouvez écouter (et voir) la conférence en suivant les liens ci-dessous.
 
 Grand diaporama
 
Petit diaporama
 
Écouter la conférence
 
     

 


©ACORFI