Année 2013-2014 : 04 février 2014

Croisière de touristes américains vers l'Italie, racontée par Mark Twain, écrivain américain de la 2e moitié du XIXe siècle ,

par Geneviève COSTES.


livregenevieveNombre d’écrivains anglais ont visité l’Italie au 19° siècle; les conférences passées de l’Acorfi ont fait connaître leurs voyages, ceux des poètes Keats et Shelley, du reporter Morton dans le Sud, et de Belloc pèlerin à Rome. Notre conférencière Geneviève Costes nous permet cette fois de suivre l’expérience d’un écrivain américain, Mark Twain.


On le connaissait par ses œuvres les plus répandues, “Les aventures de Tom Sawyer” et “Les aventures d’Huckleberry Finn”. Mais qui avait lu “Le voyage des innocents”, où les innocents sont ses compatriotes, tandis qu’ils font une croisière en Europe ? C’est l’objet de cette conférence, illustrée d’images extraites pour la plupart de l’édition originale.


Avant de nous lire les passages qu’elle a sélectionnés dans “Le voyage des innocents”, la conférencière nous présente la biographie de Mark Twain, ce qui nous aidera à mieux comprendre ses réactions et celles de ses compagnons de voyage. Né au bord du Mississippi, au cœur des Etats-Unis encore en formation, il commença à travailler très jeune, et dut sans doute parfaire son éducation par lui-même, dans une existence aventureuse peuplée d’activités très diverses : apprenti imprimeur, chercheur d’or dans l’Ouest, pilote de bateau sur le Mississippi, journaliste et correspondant de presse, et finalement écrivain.


Le voyage se déroule en 1867, quand la longue guerre de Sécession n’est terminée que depuis deux ans. Twain, à seulement 32 ans, est connu comme journaliste et humoriste, il est chargé de faire le reportage du voyage pour un journal de San Francisco, à qui il envoya ainsi successivement 53 articles. “Le voyage des innocents”, réalisé à partir de ces articles, paraît en 1869.


Ce voyage, le premier voyage touristique moderne, est un pèlerinage en Terre Sainte organisé par l’Eglise Evangéliste de Brooklyn. Il dure 5 mois et demi, et l’Italie, évoquée dans cette conférence, n’en comprend qu’une partie. On nous présente une carte du voyage en entier, puis une carte de la partie italienne. La bateau s’appelle le “Quaker City”, on en voit l’illustration ainsi que la photo des compagnons de voyage de Mark Twain, on reçoit un aperçu de la vie à bord et tous les détails qui figurent cette compagnie évoluée, puisant ses racines dans le Nouveau Monde, d’une mentalité ou de mœurs qui tranchent de celles de l’Europe d’alors, y compris l’attitude vis-à-vis de la religion.


Les villes italiennes visitées et décrites sont Gênes, Milan, Côme, Venise, Florence, Pise, Rome, Naples. Voici pour suivre un aperçu de la conférence sur quelques villes.

voyageitalieC’est à Gênes que Twain et ses compatriotes font connaissance de l’Italie; il est impressionné par les sculptures du Cimetière Monumental, par la dimension des Palais aux murs couverts de tableaux de maîtres. Il admire pour la première fois la beauté des femmes italiennes, et fait connaissance avec la “passeggiata”. Il note l’abondance des signes religieux, et se révolte avec humour contre le culte des reliques. C’est pour les auditeurs la première rencontre avec l’esprit caustique de Twain qui s’en donne à cœur joie dans cette rencontre avec un monde nouveau.


De Gênes à Milan le voyage s’effectue en voiture. Twain est admiratif devant le Dôme de Milan, qu’il visite complètement, façade et intérieur, le toit, la salle du Trésor, il s’étonne devant la statue de Saint Barthélémy écorché et exprime son admiration pour Saint Charles Borromée.


Il apprécie la visite à la Bibliothèque Ambrosienne, admirant l’édition de Virgile annotée par Pétrarque, dans laquelle ce dernier rappelle sa rencontre avec Laure. Sur le ton ironique qui lui est familier, il s’apitoie sur le mari de Laure dont nul ne parle dans la littérature.


Ainsi qu’elle le remarque, la célèbre fresque de la Cène devait se trouver dans un très mauvais état à l’époque; sa contemplation fournit à Twain l’occasion d’exercer à coup sûr des railleries justifiées, tout en avouant la modestie de son niveau artistique.


De Milan à Côme on voyage par train. Puis en bateau sur le lac, et en voiture de nouveau pour Bergame, d’où en train on rejoint Venise. Twain y admire certes les palais, mais s’extasie devant une ville, encore très peuplée à l’époque, où tous les déplacements, toutes les démarches d’habitude effectués sur un sol ferme, à Venise se réalisent par les canaux. Il déplore cependant le délabrement de la ville, que Geneviève Costes explique par la dépendance encore récente de Venise à l’Empire Autrichien, qui pratiquement la sacrifiait.


La coïncidence de leur présence avec la Fête du Rédempteur permet aux visiteurs d’assister à d’exceptionnelles festivités. A Venise également, l’abondance et l’uniformité des tableaux religieux qu’on leur fait admirer dans la chaleur du mois d’Août, suscite à Twain des réflexions qui ne manquent pas de justesse, et qu’il livre avec son franc-parler coutumier.


La visite des autres villes italiennes continue jusque Rome, avec durant le parcours l’incident d’un contrôle vexatoire opéré par la police des états du Pape, plutôt méfiante envers ces bizarres étrangers. Twain est stupéfait des dimensions intérieures de Saint-Pierre de Rome, qu’il comparait de l’extérieur au Capitole de Washington. Dans cette ville Il démontre posséder de la Rome antique une connaissance inattendue, goûte le romantisme de ses ruines, et pour la Rome de son temps il en déplore l’incurie.


La mauvaise impression que lui laissent la misère et la saleté des rues italiennes culmine à Naples, où se côtoient richesse et pauvreté. Le spectacle de la liquéfaction du sang de Saint-Janvier amène de sa part incrédulité et commisération, en revanche il se plaît à décrire le cratère du Vésuve, dont ils font l’ascension, et laisse Pompéi lui inspirer une méditation profonde sur la vie et la mort.


Enfin les voyageurs remontent sur le bateau pour y poursuivre leur voyage. C’est là que s’arrête la part italienne du voyage, et le récit qui nous en est fait.


La lecture que nous fit la conférencière des extraits choisis, et les illustrations projetées, étaient toujours accompagnées de ses commentaires, brefs et savoureux.
En conclusion elle fait ressortir tout ce qui, du livre de Twain, n’apparaît pas à la lecture de seuls extraits.


Elle démontre que Twain n’était pas un voyageur ordinaire, qu’il s’intéressait à la géographie, l’histoire, l’économie des pays traversés. Il déplore l’incurie de l’état italien et ses dépenses folles, en particulier pour la guerre. Là encore un rappel historique fournit un début d’explication.


MTUne part des observations de Twain pourrait sembler maladroite au lecteur européen, mais ce sont dit-elle les observations d’un “homme de bon sens qui joue à l’innocent”.


Le comportement de Twain et celui de ses compatriotes sont bien sûr typiques de voyageurs américains au vieux continent, comparant prix et qualité. Typiques aussi l’agacement et le sentiment de supériorité des citoyens d’un immense pays face aux multiples contrôles des petits pays traversés. Pour son compte Twain fait preuve d’un réel intérêt pour la culture italienne.


Ce livre, qui fut un grand succès de librairie, marquait le début de la carrière littéraire de Mark Twain en laissant percer ses qualités futures.


L’assistance nombreuse des acorfiens était très satisfaite de cette soirée si bien réussie et, après de nombreuses questions, applaudit longuement et chaleureusement la conférencière.


Ce compte rendu ne peut offrir qu’un aperçu de la conférence; il est recommandé d’écouter l’enregistrement qui en a été fait.

     



©ACORFI